Assurance scooter 50 : payez moins cher en ligne !Nous partageons avec vous les bonnes pratiques pour dénicher un contrat d'assurance adapté à votre budget et à vos besoins de scootériste. L'occasion de mettre des mots sur des termes souvent assez opaques comme « couverture », « franchise » ou « garanties ». Suivez notre guide de l'assurance !

Conseils pratiques 11 réactions

Vous avez choisi de rouler en scooter 50 cm3 au quotidien ? Vous allez devoir souscrire à une assurance, qui est obligatoire au même titre que l'immatriculation et le port d'équipements de protection homologués (casque et gants). À travers cet article, nous allons répondre à la question « combien ça coûte ? » et à son pendant « comment s'assurer pas cher ? ». Car il existe bel et bien des solutions pour économiser sur le prix de ce service !

Des conditions bien définies

Avant toute chose, sachez que les assureurs sont tenus à une série d'obligations légales. Pour être en mesure d'assurer votre scooter 50 et profiter des indemnités contractuelles en cas de sinistre, vous devez ainsi obligatoirement :

  • être titulaire du BSR / Permis AM si vous êtes né après le 1er janvier 1988 ;
  • disposer d'un véhicule avec une carte grise en règles et des numéros de châssis / moteur correctement gravés. Cela vise à éviter les vols ;
  • avoir un scooter en règles, c'est-à-dire équipé des pièces d'origine et non débridé. En cas d'accident, l'assureur peut refuser la prise en charge des dommages / frais d'hospitalisation si cette règle n'est pas respectée.

Pas de formule miracle

Vous êtes nombreux à vous tourner vers le scooter 50 cm3 de façon temporaire (suite à une suspension de permis pour alcoolémie par exemple). Malheureusement, les formules d'assurance restent globalement très traditionnelles, nécessitant une adhésion pour un minimum d'un an et se reconduisant de façon tacite en fin d'année. Il n'existe pas, à notre connaissance, de formules non nominatives, au kilomètre ou sur une courte durée (à la journée / à la semaine / au mois).

Les facteurs déterminants pour le prix

Le coût d'une prime d'assurance scooter varie selon plusieurs critères. Deux français roulant en scooter 50 pourront ainsi payer du simple au décuple (x 10) en fonction de :

  • leur historique en tant que conducteur. Plus un scootériste aura eu d'accidents ou fait l'objet de vols, plus son malus sera important (jusqu'à +250%). À l'inverse, un bonus pourra être appliqué (jusqu'à -50%) au bout de plusieurs années sans incident.
  • leur âge : un mineur ou jeune conducteur paiera systématiquement plus qu'un conducteur expérimenté, même si ce dernier conduisait une automobile : il a déjà prouvé sa connaissance du code de la route.
  • leur ville et région. Les assurances calculent leur tarification en fonction des statistiques géographiques. Dans une ville au fort taux d'accidentologie ou de vol (comme Nice, Marseille ou Paris), le coût sera mécaniquement plus élevé que dans une petite bourgade de province.
  • le modèle de scooter et sa puissance. De la même façon que pour le lieu d'habitation, les modèles les plus « problématiques » (comme les MBK Booster / Yamaha Bw's) coûteront plus cher à assurer.

Assurer un scooter 50 cm3, ça peut se faire en ligne et pour pas cher

La fourchette de prix s'étend au final de 50 jusqu'à plus de 500€ pour une année, soit entre 4 et 40€ mensuels.

Des garanties à la carte

Pour profiter d'une assurance scooter 50 pas chère, vous allez devoir adapter les garanties de votre contrat en fonction de vos besoins et vitre budget. Voici les éléments à surveiller de près :

  • la franchise : plus son montant est élevé, moins votre prime sera coûteuse. Mais attention à ne pas tomber dans l'excès car en cas de sinistre, son prix pourrait vous dissuader de faire appel à votre assureur : ce n'est pas le but !
  • la couverture : on distingue globalement l'assurance « au tiers », qui offre une protection de niveau Responsabilité Civile, de l'assurance « tous risques », la plus protectrice. N'hésitez toutefois pas à moduler le niveau de couverture, en optant par exemple pour un tiers associé à une assurance contre le vol, l'incendie ou le bris de glace.
  • les options : souvent présentées comme essentielles par les assureurs, elles ne sont dans les faits que rarement utiles. Évitez d'y souscrire sans une bonne raison !

Négocier son contrat avec bon sens

Pour trouver le contrat et le prix qui vous conviennent, vous avez globalement 2 solutions. La première consiste à vous tourner vers une compagnie d'assurance qui protège déjà vous ou votre famille (habitation, automobile, Responsabilité Civile...). En faisant jouer votre ancienneté, vous aurez un levier pour négocier le prix à la baisse. Vous pourrez même évoquer un éventuel départ chez la concurrence en cas d'insatisfaction, ce que ne laisseront pas passer la Macif, le Crédit Agricole ou encore Axa...

La 2ème solution consiste à utiliser la puissance d'Internet et de ses outils en ligne pour comparer les devis de dizaines d'assureurs spécialisés. Simples et rapides à renseigner (comptez entre 3 et 5 minutes), ils permettent de se faire une idée des tarifs du marché, puis éventuellement de souscrire à l'offre la plus intéressante. C'est la solution privilégiée par un nombre croissant de motocyclistes : elle est en moyenne 30% moins chère !

Comparer 35 devis en ligne

Il ne nous reste plus qu'à vous souhaiter bonne route !