Visite de la boutique StokeyScooter System a visité les locaux de Stokey. Installée à St. Ouen l'Aumône dans le Val d'Oise, la société commercialise des pièces détachées et accessoires pour les 50cc en magasin et via son site Internet. Découverte d'un acteur du monde du 50 cm3 pas comme les autres !

Reportages 17 réactions

Stokey est un cas un peu à part dans le milieu du 50 cm3. Pas vraiment concessionnaire, pas vraiment vpciste, pas seulement spécialiste de vente par Internet mais un peu… beaucoup des trois à la fois. Un choix assez rare et donc intéressant à décortiquer !

L'entrée du magasin Stokey à St. Ouen l'Aumône (95).

C'est une longue histoire

Si l'on demandait à une dame âgée depuis combien de temps Stokey existe, nul doute qu'elle nous imiterait le cri du loup : « ouuuuuuuuh ». Car Stokey, ça ne date pas d'hier. Cette société a toujours été dans le Val d'Oise. Créée par Lionel Mantovani sous le nom de Stock Express, elle était spécialisée dans la distribution de pièces détachées pour cyclos auprès des concessionnaires.

Olivier s'occupe du site et de la vente. La moto du boss trône dans le bureau !

Durant de nombreuses années, Stock Express était « l'importateur » Malossi pour la France. Et puis un jour, l'italien a décidé de se passer d'importateur pour distribuer ses produits directement aux concessionnaires. Mauvaise donne pour Stock Express, qui perdit ainsi environ 70% de son chiffre d'affaires. L'entreprise déménagea dans des locaux voisins plus petits et s'affubla d'un nouveau nom histoire de se re-motiver et de redynamiser l'affaire : Stokey.

Les principales marques distribuées par l'entreprise sont Athena, Bidalot, Conti, Leovinci, Malossi, MVT, Polini, Top Perf et Stokey.

Fin 2007, L. Mantovani décida de changer de voie et revendit Stokey à Philippe Despoix. Se lancer dans le marché de la pièce 50cc alors que le 50 lui-même se ramassait d'année en année et que la répression des fraudes s'en donnait à cœur joie sur les kits, fallait quand même oser ! Fou, aventurier, passionné démesuré ; Philippe Despoix n'est pourtant ni l'un ni l'autre.

Philippe Despoix, le boss de Stokey depuis fin 2007.

Certes il aime le deux-roues motorisé, mais pas au point de s'être lancé ce défi sans y avoir murement réfléchi. Depuis qu'il est à la tête de Stokey, Philippe a su faire évoluer l'entreprise, la moderniser, développer son secteur d'activité sur internet (40% des ventes) et considérablement améliorer la visibilité des produits portant le nom de l'entreprise : Stokey.

« Moulticarte »

Comme le disait avec un charme désarmant la ravissante Lilou dans Le 5ème élément de Luc Besson, Stokey c'est du « moulticarte ». Sous le même nom, vous trouvez un site internet de vpc, un magasin situé à St. Ouen l'Aumône (95) et une marque. Cette dernière est essentiellement centrée sur les produits mécaniques bon marché comme les kits 50 fonte, vilebrequins ou filtres à air...

Les jeunes de la région viennent régulièrement au magasin chercher des pièces détachées.

Voilà qui intéresse bon nombre de clients à une époque où notre pouvoir d'achat baisse de façon proportionnelle à l'augmentation du prix de l'essence… et de nombreux produits de première nécessité.

Préparation des marchandises. Les commandes passées avant 14h sont traitées dans la journée.

Le magasin d'Herblay permet à l'équipe Stokey d'être en contact direct avec de nombreux clients et d'avoir donc en live leurs impressions, leurs souhaits et leurs soucis. Cela permet une réactivité très appréciée par la clientèle. La vente en magasin représente 60% du chiffre d'affaires de Stokey.

Le concept et le packaging des nouveaux produits sont vérifiés par Philippe et Ronan.

Développer commerce et passion

Philippe Despoix a deux projets pour les années à venir : développer l'activité générale de Stokey en déménageant dans des locaux plus grands, et s'investir un peu plus en compétition. Disposer d'une superficie plus importante, c'est pouvoir « stokey plus » de marchandises, répondre plus efficacement aux demandes des clients et leur offrir un show room plus spacieux que l'actuel.

Si vous n'y trouvez pas votre bonheur, ce serait vraiment un manque de pot !

Cela permettrait également de créer un atelier d'entretien rapide spécialisé dans le 50 et le scooter 125. Reconnaissons que la conjoncture actuelle se porte peu à ce genre d'investissement et pour le moment, c'est un projet que Ph. Despoix a mis en veille... sous le coude mais pas au placard !

Philippe aime la moto et le 50 ; il vient d'ailleurs régulièrement travailler en moto. Par le biais de Stokey, il a déjà aidé par le passé des stunters et des amateurs de runs ou de tuning. Mais il aimerait pousser un peu plus loin l'aventure et créer un proto qui pourrait participer à des courses de dragsters… 125 cm3.

Une Derbi DRD 50 préparée par Stokey pour le stunt.

La base serait un scooter. Cette catégorie n'existant pas, la FFM a demandé à Philippe de trouver d'autres aventuriers pour être intégré au Championnat de France Dragster, bénéficier d'un classement officiel et d'un titre de champion de France en fin de saison. Là non plus, pas facile de trouver des volontaires par les temps qui courent.

Vous le constatez, l'homme ne manque ni d'idées ni de motivation et à une époque où les journaux télévisés ne relatent que des faits négatifs partout dans le monde, il est bien agréable de rencontrer des gens qui pensent que le deux-roues a encore un avenir en France. N'hésitez pas à aller faire un tour sur la boutique !

Stokey sait aussi réaliser des Tuning à la carte avec les pièces dispo au magasin.