Essai Derbi DRD Pro 50 SMNous avons pris le guidon (extra-large) de la Derbi DRD Pro 50 SM. Nous partageons avec vous nos impressions sur cette 50 à vitesses, que le niveau d'équipement positionne d'entrée comme le must. Son cadre périmétrique en aluminium, ses disques de freins XL et son amortissement ne laissent pas place au doute !

Essais scooter 3 réactions

Fleuron de la gamme de mécaboîtes Derbi, la DRD Pro est un modèle haut-de-gamme qui s'adresse aux pilotes les plus exigeants. Comportement exemplaire, partie-cycle semblable à celle d'une 125cc, et que dire de son look supermotard parachevé dans les moindres détails... le must !

Mais le nec plus ultra a un coût et, à 3699 €, tout le monde n'est malheureusement pas en mesure d'accéder à son guidon. Scooter System a organisé la rencontre avec cette moto star qui ne fait pas de manières. Voici l'essai de la DRD Pro dans tous ses états.

DRD Pro 50 SM, ou l'excellence by Derbi

Une gamme Derbi revue et corrigée

Avec un marché du deux-roues en perte de vitesse depuis quelques années, Derbi a du repenser sa gamme de motos 50 cm3. Cela a commencé avec la regrettable suppression de la DRD Evo de son catalogue en 2009, puis s'est poursuivi en 2010 avec une stratégie plus précise.

En effet, c'est cette année là que la X-Race a signé son départ, alors que la X-Treme, mieux équipée et labellisée DRD, s'est offert un relooking total. Tout comme sa grande sœur, la DRD Racing. De son côté, la reine des Derbi, plus connue sous l'appellation DRD Pro, n'a pas voulu de ce changement. Elle est donc restée inchangée.

La DRD Pro, un look qui subsiste

Voici le coloris actuel et unique de la Derbi DRD Pro

Pas de nouveau dessin d'écopes, de garde-boue arrière, de plaque phare au nouveau design ou de garde-boue avant au bec cassé, la DRD Pro n'a pas voulu fléchir. Une bonne nouvelle pour les puristes qui n'aiment pas voir leurs habitudes bouleversées, le look de la DRD Pro est inaltéré.

Attenante au garde-boue, la plaque cross au dessin plutôt franc est inimitable

N'oublions pas de rappeler que la DRD Pro a fortement inspiré le nouveau design des DRD X-Treme et Racing, ne serait-ce qu'au niveau du garde-boue arrière mêlé aux écopes, ou bien encore avec le principe du garde-boue avant accolé à la plaque phare.

La DRD Pro conserve une véritable identité avec ses écopes au look Derbi à l'ancienne

Une DRD Pro qui s'offre néanmoins une nouvelle sellerie plus large et creusée au centre. Remarquez au passage que la selle est désormais bicolore, alors que jusque-là Derbi se contentait de coutures surpiquées de couleur.

Un équipement colossal !

Qui dit « Pro » dit professionnel mais aussi probant, prodigieux... et la liste des superlatifs pourrait être longue au regard de son niveau d'équipement. En effet, la DRD Pro 50 possède une partie cycle pourvue d'un sacré attirail, qui réunit les meilleures marques européennes.

Païoli est présent avec une fourche inversée au diamètre impressionnant de 41 mm

Ollé signe cette suspension à bonbonne de gaz montée sur biellette de renvoi

La Pro, c'est aussi et surtout un châssis complet en aluminium. Poutre de cadre périmétrique, berceau moteur et bras oscillant sont taillés dans le plus noble des matériaux. Seule la boucle arrière est en acier pour une question de rigidité.

Comme il est bon de reconnaître les sigles de marques comme Paioli ou AJP

Le freinage n'est pas en reste puisque l'on retrouve les 300 mm de diamètre qui ont longtemps fait la fierté de la GPR sur le train avant, assortis d'une pince d'étrier radiale AJP. 220 mm à l'arrière avec le même mode opératoire pour le freinage au pied, la DRD Pro sait se montrer convaincante.

Qui pour défier la Pro sur son (tout-)terrain ?

Positionnée sur le segment du haut de gamme, la DRD Pro a peu de concurrentes

Avec un tarif haut-perché qui dépasse la barre des 3500 €, la DRD Pro la joue un peu en « single player ». En effet, assez rares sont les motos 50 cm3 dans ces niveaux de prix, mais on trouve tout de même des références comme la HM CRM Derapage.

Une moto affichée au prix de 3499 €, qui présente l'avantage d'être livrée avec un jeu de disques Wave surdimensionnés, mais avec un cadre périmétrique en acier. Quel dommage ! Et chez HM, il faut débourser 3999 € pour s'offrir un châssis alu avec la Derapage RR... trop, c'est trop !

Nous pourrions également citer la terrible Fantic Caballero TX180M, que l'on peut acquérir pour environ 3699 €, mais encore faut t-il trouver un revendeur en France... et noter qu'il s'agit plus d'une moto dédiée au monde de la compétition.

Au guidon de la DRD Pro

La DRD Pro offre une position de conduite saine et hyper rassurante

Nous voilà désormais au guidon de cette fameuse DRD Pro. Un guidon gros diamètre très large, qui ne passe pas inaperçu. L'impression de dominer la machine se fait d'autant mieux sentir que la position de conduite est particulièrement agréable. Le confort d'assise est à mi-chemin entre mollesse et fermeté, mais nous n'en dirons pas tant pour ce qui est de l'espace passager.

Même si l'espace passager est plus important, il lui faudra supporter la fermeté de la selle

La Derbi DRD Pro peut être démarrée électriquement après avoir pris soin de vérifier que la boîte de vitesses est bien en position « neutral », l'info étant affichée sur le cadran de l'instrumentation digitale du tableau de bord. Deux bonnes nouvelles que l'on aurait préféré voir accompagnées d'un starter électrique, mais bon, tant pis.

Poignées Domino et tirage rapide équipent la DRD Pro de série

Les premiers coups de gaz donnés, on savoure immédiatement la sonorité métallique de l'échappement full Inox, le petit plus non négligeable. La version bridée de la DRD Pro ne nous avons testé ne nous permet pas de témoigner du potentiel maximum de la machine, mais si nous ne respectons pas la législation française, qui le fera ?

Quoi qu'il en soit, les démarrages sont honorables, les reprises plutôt correctes et la montée en régime constante à condition de bien pousser tous les rapports. Bref, la DRD Pro se défend.

Refroidissement par eau et carburateur Dell'orto de 17,5 pour ce moteur Derbi Euro 3

Comme chacun le sait, un bon échappement adaptable est suffisant pour profiter au maximum des capacités d'une 50 à vitesses. Yasuni, Doppler, Conti, Bidalot... les accessoiristes ayant développé des pots pour mécaboîtes homologués sont nombreux.

Sur les routes, la DRD Pro ne manque pas d'audace. Arrogante, elle tient le pavé comme aucune autre moto, le châssis alu, la répartition des poids et les suspensions de grande qualité jouant parfaitement leur rôle. Aussi efficace que tape-à-l'oeil, le freinage est ahurissant. Certains maladroits pourront même effectuer quelques stoppies malgré eux !

Peu de chance de se faire siphonner le réservoir à l'arrêt, la trappe à essence est verrouillable

Une belle première place sur le podium

À voir l'étiquette de son prix en concession, il est logique d'avoir une réaction du type : « mais ils ont craqué ! ». Oui, Derbi a eu la folle idée de nous sortir une moto 50 réellement sur-équipée, et pour laquelle on ne trouve absolument rien à redire. La DRD Pro mérite sa place sur le podium, et ça n'est pas demain qu'elle risque de lui être volée.

Une Derbi 100 % costaud qui conserve l'esprit novateur et high-tech qui a fait le succès de la marque auprès des jeunes durant des décennies. Reste qu'au prix grassouillet de 3699 €, certains vont devoir faire un régime sec de plusieurs mois pour se l'offrir.

En résumé

Points forts

Points faibles

  • Déco FMX agressive
  • Châssis intégral en alu
  • Démarrage électrique
  • Équipement luxueux
  • Prix trop élevé
  • Confort passager