Essai skateboard électrique Boosted BoardDans le cadre de notre veille technologique sur la mobilité urbaine, nous testons régulièrement de nouveaux formats de véhicules électriques légers. Le dernier en date est un skateboard, ou plus précisément un « longboard ». Après l'avoir essayé durant 1 mois dans les ruelles du centre-ville de Nantes, le temps est venu de partager notre ressenti !

Essais scooter 22 réactions

BoostedAprès avoir essayé pour vous les très médiatiques Egret One et Solowheel, j'ai poursuivi ma tournée des transporteurs électriques de nouvelle génération. Pour varier les plaisirs, j'ai pris les commandes d'un skateboard électrique ou, pour être plus précis, d'un « longboard ». J'ai porté mon dévolu sur le modèle de Boosted Boards, qui a connu un beau succès sur Kickstarter en 2012.

J'ai arpenté les rues de Nantes avec la Boosted Board durant 1 mois
J'ai arpenté les rues de Nantes avec la Boosted Board durant 1 mois

Il faut dire que sur le papier, le véhicule motorisé était plein de promesses. Quand les skateboards concurrents comme les Evo ou Maverix pèsent en moyenne 20 kilos, Boosted a tablé sur un petit 7 kilos. Et cela sans faire de concessions sur les performances, l'autonomie ou la stabilité. Voilà en somme un compagnon idéal pour se déplacer en ville et cela tombe bien : j'adore tester ce genre de joujous sur roulettes !

Une approche ultra-qualitative

Si certains véhicules issus de la plateforme de financement participatif m'ont clairement déçu (pensée émue pour les rollers électriques spnKiX), le projet Boosted Board fait honneur au crowdfunding. Car passées les 2 années d'attente liées au développement et à la production, j'ai reçu un produit d'une qualité rarement égalée sur le segment. Matériaux, électronique et finitions donnent d'entrée le ton.

Comme n'importe quel longboard, la planche est conçue en bois et s'accompagne d'un revêtement adhérent et de grosses roues en gomme orange. En la retournant, quelques différences sautent toutefois aux yeux : 2 compartiments plastifiés sont greffés à l'avant (batterie) et à l'arrière (contrôleur). On note également la présence de 2 minuscules moteurs à courroies greffés aux roues arrières.

Extérieurement, la planche reste très proche d'un longboard classique
Extérieurement, la planche reste très proche d'un longboard classique

Derrière cette apparente simplicité, les ingénieurs en charge du projet ont réalisé des exploits en matière de miniaturisation et d'intégration. Rien ne dépasse, à l'image des câbles de liaison qui traversent la planche à l'intérieur du bois. Ou de la télécommande sans-fil ergonomique. Cette approche ultra-qualitative m'a donné envie de partager mon expérience, et cela malgré un format pas forcément « grand-public ».

Appelez-moi Brice, le roi de la glisse !

N'ayant jamais été adepte du skate et encore moins des skateparcs, il s'agissait là de ma première expérience en matière de riding sur bitume. Pour me lancer, j'ai opté pour le mode débutant qui bride le véhicule en puissance : les accélérations sont lentes et la vitesse max limitée à une douzaine de km/h. Après une petite heure de prise en mains, le mode « expert » m'a ouvert ses portes en 3 clics sur la télécommande.

2 modes sont proposés : débutant et expert. La différence est flagrante !
2 modes sont proposés : débutant et expert. La différence est flagrante !

Et là, quelle claque !!! J'ai été bluffé (et un peu malmené) par toute cette puissance. Comment de si petits moteurs peuvent-ils avoir un tel rendement (2 x 1000 Watts) ? Sur sol plat et en montée jusqu'à 15%, on atteint les 30 km/h sans peine alors qu'en faux plat ou descente, les excellents roulements permettent d'aller bien plus vite encore. Autant dire qu'il convient d'être prudent et bien protégé, avec un casque notamment.

Le coup de main pris, ça peut aller vite, voire très vite !
Le coup de main pris, ça peut aller vite, voire très vite !

Après 2 ou 3 heures de roulage, la confiance est arrivée et, avec elle, des sensations que je n'avais rencontré... qu'au planning en planche à voile ! Voilà, c'est dit : je ne me suis jamais autant amusé avec un véhicule électrique. Pour peu que le revêtement soit de bonne qualité, la Boosted Board donne la sensation de survoler le sol façon Hoverboard, le petit bruit strident des moteurs en plus. Adrénaline garantie !

Un pilotage stable et intuitif

Étant droitier, j'ai opté de façon naturelle pour un placement dit « regular », c'est-à-dire l'avant de la planche à gauche (par opposition à « goofie »). Trouver une position à la fois confortable et stable m'a en revanche demandé quelques heures de tâtonnements. Car sur ce type de véhicule, le placement des pieds, des genoux et du bassin influence la localisation du centre de gravité, et donc de la stabilité...

Ce qui ne signifie pas que la planche est instable, loin de là. Le grand plateau (21 cm de large pour 98 cm de long) et les roues larges (5,5 cm) assurent une excellente tenue de route. À faible allure comme à pleine vitesse, la planche conserve une trajectoire en ligne droite très rassurante. Les changements de direction se font de façon classique en appuyant ou en se penchant vers l'extérieur.

Très précise grâce à sa molette, la télécommande permet d'accélérer et freiner
Très précise grâce à sa molette, la télécommande permet d'accélérer et freiner

La vitesse est quant à elle gérée par le biais d'une molette crantée présente sur la télécommande sans-fil. Un système original qui a un mérite principal : il offre un haut niveau de précision. Il peut être utilisé de façon progressive, pour éviter d'être déséquilibré lors des phases d'accélération, ou instantanément, en cas de freinage d'urgence par exemple. Petit plus utile, l'énergie est récupérée à la décélération.

Quand on arrive en ville...

Afin de déterminer le potentiel du e-skate comme mode de transport urbain, je l'ai utilisé dans le centre-ville de Nantes pour mes déplacements du quotidien : rendez-vous à la banque, dépôt de colis au bureau de poste, déjeuner dans un bar avec des amis... ayant déjà testé des trottinettes électriques, gyropodes et rollers dans le même contexte, je dispose de points de comparaison pertinents.

La bonne nouvelle, et contrairement à toute attente dont la mienne, c'est que la planche Boosted Board s'en est très bien sortie. Elle ne m'a pas fait défaut une seule fois pour me transporter d'un point A à un point B. Avec son autonomie d'une grosse dizaine de kilomètres et ses performances de premier plan, je suis toujours arrivé dans les temps à mes rendez-vous. Elle joue ici à jeux égaux avec ses concurrents.

Le format compact et le poids se prêtent bien aux déplacements urbains
Le format compact et le poids se prêtent bien aux déplacements urbains

Elle les a en revanche surpassés en termes de praticité. Car une fois arrivé, il ne faut qu'une demi-seconde pour la prendre en mains. Grâce à ses 7 petits kilos, elle peut être portée aisément puis posée debout dans un coin sans que personne ne soit dérangé. Cela s'avère très pratique dans les magasins, mais aussi dans les transports en communs si vous devez compléter vos trajets en train, bus ou tramway.

Le skateboard trouve facilement sa place dans les transports ou une voiture
Le skateboard trouve facilement sa place dans les transports ou une voiture

Va, je ne te hais point !

Là où le format e-longboard s'est sort moins bien, c'est en matière d'accessibilité. Le centre-ville nantais étant très fréquenté, j'ai souvent du alterner entre trottoirs, pistes cyclables et routes pour compenser le faible rayon de braquage. Circuler avec un véhicule électrique innovant, c'est aussi accepter les infrastructures et le cadre réglementaire inadaptés ! Et, du coup, prendre parfois des risques en matière de sécurité.

Malgré ce joyeux mic-mac, aucun incident n'a été à déplorer durant mon gros mois d'essai. Le véhicule s'est plié sans rechigner à une série tests extrêmes comme le passage de rails de tramway ou la descente de trottoirs non aménagés en bateaux. Seule une épreuve l'a mis à mal, me permettant de tester une éjection et de confirmer ce que je pensais : on retombe assez facilement sur ses pieds.

Tous les revêtements ne sont pas adaptés à l'utilisation de la Boosted Board
Tous les revêtements ne sont pas adaptés à l'utilisation de la Boosted Board

Si la chute est facile à éviter, le véritable danger vient plus des risques de collision avec des piétons, vélos ou automobiles. Il est en effet difficile pour autrui d'anticiper le comportement de la Boosted Board, dont le format ne reflète absolument pas le potentiel. La dernière limite que nous aborderons est l'incapacité du véhicule à rouler sur sol mouillé et à fortiori sous la pluie. Il faudra donc faire avec.

Une star en devenir

À l'instar du Solowheel, la Boosted Board m'a valu un nombre incalculable de « ehhh téma c'est mortel », « waouh c'est excellent » et autres « abusé, c'est de la triche ! ». Elle mérite ainsi amplement le titre de facilitateur social, un bonus toujours flatteur pour l'égo. Qui n'a jamais rêvé de susciter une vague d'intérêt sur son passage à la façon d'une star de cinéma ou d'un super-héro ?

Oui, j'avoue, je me la joue façon super star à roulettes ;)
Oui, j'avoue, je me la joue façon super star à roulettes ;)

Au-delà de la planche en elle-même, Boosted Board a travaillé sur le packaging, qui garantit de recevoir un produit en bon état à la livraison (le colis m'a été expédié des États-Unis). Mais aussi sur le manuel qui, bien qu'en anglais, est bourré d'images et d'informations techniques. Sans oublier le chargeur, compagnon indissociable qui respire lui aussi la qualité et fait son travail en une grosse heure.

La partie-cycle comme l'électronique respirent la qualité américaine
La partie-cycle comme l'électronique respirent la qualité américaine

Vous l'aurez compris, ce longboard électrique fait un véritable sans-faute. Si les infrastructures sont adaptées et la météo clémente, il est tout aussi pertinent qu'une trottinette électrique ou un gyropode... les sensations en plus ! Reste à aborder la question du prix. À 1995 dollars, soit presque autant d'euros une fois franchi l'océan Atlantique, il n'est pas à la portée de toutes les bourses. Et c'est vraiment dommage !

Mise à jour du 3 juillet 2015 : Boosted a lancé une application pour iOS qui offre de nouvelles possibilités. Elle m'a notamment permis de mettre à jour le firmware de la planche en quelques minutes par Bluetooth. Encore une preuve que le produit a vraiment bien été pensé dès le début ! Cet update apporte 2 nouveaux modes d'utilisation, pour un apprentissage par paliers. On peut les changer très facilement une fois connecté en sans-fil. L'application affiche aussi l'état de charge de la batterie et la distance parcourue. J'en suis à presque 200 km déjà, et c'est toujours un bonheur à piloter !

En résumé

Points forts

Points faibles

  • Qualité et fiabilité
  • Performances
  • Sensation de glisse
  • Poids réduit
  • Pas à l'aise partout
  • Conduite sur sol mouillé
  • Législation floue
  • Prix de vente élevé