Essai BMW C600 SportLe BMW C600 Sport, nouveau fleuron GT du bavarois BMW Motorrad, est passé entre les mains de notre équipe pour un essai musclé en région parisienne. Après un petit tour en ville, le maxi-scooter a dévoilé tout le potentiel de son couple châssis-moteur sur de petites routes sinueuses. Avec un confort toujours exemplaire !

Essais scooter 4 réactions

Pas de doute, BMW est revenu par la grande porte sur le segment du scooter. Après un C1 original mais dont le succès commercial fut très limité, son département Motorrad revient en force avec deux modèles haut-de-gamme dotés d'un bicylindre de 650cm3 : les 650 GT et 600 Sport de cet essai.

Avec un C600 Sport bien équipé, confortable et performant, BMW Motorrad place la batte haut
Avec un C600 Sport bien équipé, confortable et performant, BMW Motorrad place la batte haut

Un équipement soigné

Etant donné la réputation de BMW en matière de qualité de finition et d'équipements, tant dans le secteur automobile que moto, il était hors de question pour l'usine bavaroise de se rater sur ces nouveaux scooters au fort potentiel commercial : le scooter GT a le vent en poupe !

Le tout en restant dans des tarifs raisonnables afin de se montrer concurrentiel face aux forces déjà en présence. BMW réussit ce tour de force en équipant généreusement son C600 Sport, avec entre autres de superbes commodos rappelant ceux de la 1200 RT.

Les commodos du C600 témoignent du souci du détail et de la qualité chez BMW
Les commodos du C600 témoignent du souci du détail et de la qualité chez BMW

Le 600 Sport dispose d'un tableau de bord complet : compteur analogique et panel digital relié à un ordinateur de bord multi-fonctions : totalisateur kilométrique, deux totalisateurs partiels, température extérieure, heure, conso moyenne et instantanée, pression de pneus (option), vitesse moyenne, régime moteur, témoin chauffage poignées et selle (3 positions) et jauge de carburant.

Sobre, le tableau de bord du scooter GT est particulièrement complet !
Sobre, le tableau de bord du scooter GT est particulièrement complet !

BMW a toujours eu la culture des options (chères) et ses maxi-scooters n'échappent pas à la règle. Parmi les options sympas, signalons les poignées et la selle chauffantes. Selle sous laquelle prend place un coffre généreux au concept très original. Le pare-brise est réglable en hauteur mais manuellement et via trois molettes qui font un peu « cheap ».

Le vaste coffre de selle peut loger sans sourciller 2 casques intégraux. Pratique !
Le vaste coffre de selle peut loger sans sourciller 2 casques intégraux. Pratique !

Un moteur plein de vigueur

Le moteur du BMW 600 Sport (et du 650 GT) est fabriqué et assemblé par… Kymco. Mais sa conception et le choix des matériaux qui le composent est réalisé à 100% par BMW Motorrad. Malgré son appellation, le C600 Sport dispose bien d'un bicylindre de 647 cm3 avec 4 soupapes par cylindre, refroidissement liquide et transmission entièrement automatique. Il développe 60 cv à 7500 tr/min avec un couple de 66 Nm à 6000 tr/min.

Les 60 cv du bicylindre offrent couple et puissance, pour un plaisir de conduite inégalé.
Les 60 cv du bicylindre offrent couple et puissance, pour un plaisir de conduite inégalé.

Un cocktail qui procure un comportement sain, à la fois généreux et puissant, et qui incite à mettre du gros gaz. Confort, précision de trajectoire, plaisir ; difficile de rester dans les zones de vitesse autorisées quel que soit le parcours.

Lors de notre essai, la conso moyenne est restée en dessous 6L / 100, ce qui s'avère raisonnable pour un 600cm3. Le C600 Sport accroche sans problème le 180 en vitesse de pointe, tout comme le T-Max 530. Le 0 à 100 s'effectue en 6,5 secondes. Vous l'avez compris, le 600 Sport est un scooter qui n'a pas grand-chose à envier côté moteur à une moto, et cela sur bien des parcours.

Mauviettes s'abstenir

A peine plus lourd que le T-Max 530 mais avec 150cm3 et des chevaux en plus, le BMW C600 Sport requiert plus de fermeté dans son pilotage. Il faut rester concentré et faire preuve d'une certaine énergie pour l'inscrire dans les entrées de courbes rapides et lui faire maintenir son cap.

Dans les courbes, le BMW C600 Sport requiert un certain sens du pilotage
Dans les courbes, le BMW C600 Sport requiert un certain sens du pilotage

Une conduite rapide nécessite beaucoup de concentration. À une cadence plus raisonnable, en ville notamment, le 600 Sport se manie facilement et dès 5 km/h, on oublie son poids et son gabarit. En cas d'urgence, le système de freinage composé de trois disques avec fonction ABS, sait faire preuve de l'efficacité nécessaire. Je reprocherai juste à l'ABS arrière de se déclencher un peu trop facilement sur les freinages appuyés sur sol sec.

Fourche hydraulique et frein à disque ø 270 avec ABS sont au programme
Fourche hydraulique et frein à disque ø 270 avec ABS sont au programme

Avec son cadre tubulaire en acier (boucle arrière et bras oscillant en aluminium), ses suspensions hydrauliques (réglable pour l'arrière) et ses roues de 15 pouces bien chaussées, le C600 Sport semble collé à la route. Sa maniabilité et sa précision de trajectoire sont impressionnantes. La comparaison face au T-Max sera intéressante, tant le Yamaha excelle aussi dans ce domaine.

Bienvenue à bord

Je m'approche du 600 Sport, le BMW est plutôt séduisant. Compte-tenu de l'encombrement de l'espace central entre les jambes, on accède au BM comme sur une moto et non comme sur un scooter classique de plus petite cylindrée.

La selle s'annonce pas mal du tout, l'espace pour les jambes et la position de conduite sont appréciables. Les élégants commodos sont bien placés. Contact, Start, c'est parti. Comme indiqué plus haut, dès les premiers tours de roues, le 600 fait oublier son poids.

Sous son look de gros scooter GT, le C600 reste très proche d'une moto
Sous son look de gros scooter GT, le C600 reste très proche d'une moto

En ville, il se faufile facilement et suscite l'intérêt des autres motards et scootéristes. L'un deux, au guidon d'un Yamaha T-Max de 2008, m'avoue qu'il craquerait bien pour ce nouveau modèle… si la question du prix n'était pas aussi présente.

Sortie de Paris, direction les petites routes. Je rattrape un groupe de motards qui roule à bonne cadence. Comme je n'ai pas d'itinéraire précis, je décide de les suivre. Quelques kilomètres plus loin, ils sont surpris de me voir encore collé à « leurs basques ».

Malgré ses 250 kg, le maxi-scooter BMW assure en démarrage et reprise !
Malgré ses 250 kg, le maxi-scooter BMW assure en démarrage et reprise !

Ils sont tous au guidon de 600 ou de 1000cc, mais le BMW 600 Sport suit la cadence sans problème. Le freinage se révèle stable et efficace. Idem pour la tenue de route. Aucun louvoiement intempestif. Comparé au T-Max 530, le BM demande toutefois plus d'efforts pour s'inscrire en courbe. Il faut le forcer pour entrer puis rester sur la bonne trajectoire.

On ne s'en lasse pas

Le couple est assez surprenant puisqu'à chaque accélération, j'arrive quasiment à suivre des 4 cylindres de même cylindrée qui roulent devant moi. Quel plaisir de conduite. Je quitte mes camarades de jeu. Retour par l'autoroute. Le 600 Sport semble s'ennuyer à 130 (et moi aussi)…

M'enfin faut être raisonnable et malgré cette allure soporifique, je ne me lasse pas d'être au guidon d'un tel engin. Je regrette seulement que, comme sur le 650 GT, la hauteur de bulle ne puisse pas se régler électriquement. C'est moins facile en roulant !

La hauteur de la bulle doit être réglée à l'arrêt... il faut y penser !
La hauteur de la bulle doit être réglée à l'arrêt... il faut y penser !

La protection des jambes est correcte, quant aux mains, mieux vaut vaut prévoir des manchons pour l'hiver. L'option poignées chauffantes est sympa mais réchauffe essentiellement la paume de la main. Or, l'air froid vient surtout sur le dessus des doigts.

Le chauffage de la selle se révèle lui plus efficace. Du coup, au bout de quelques minutes, vous le mettrez sur la position minimum. Avouons que l'hiver c'est une option très sympa. Alors certes, le pack options Highline n'est pas donné (plus de 700 euros), mais il apporte un plus très appréciable pour ceux qui roulent tous les jours.

Option inédite et pratique, le coffre à volume variable !
Option inédite et pratique, le coffre à volume variable !

Le C600 Sport réussit la prouesse de réunir sur un même produit les performances d'un Yamaha T-Max et le confort d'un Suzuki Burgman. Sa concurrence directe se situant naturellement plus vers les modèles sportifs.

Le 600 Sport face à la concurrence

Aprilia SRV 850, Gilera GP800, Honda Integra 700 et surtout Yamaha T-Max 530 cm3 représentent les principaux concurrents du BMW 600 dans ce créneau des scooters sportifs. Le T-Max reste de loin le n°1 des ventes parmi ces gros scooters sportifs mais le BMW risque de lui faire de l'ombre dans les prochaines années, tant son équipement se montre au-dessus… avec les options.

Sur-équipé, le C600 Sport est tout de même affiché à 11 100€ hors options...
Sur-équipé, le C600 Sport est tout de même affiché à 11 100€ hors options...

Full options justement, le BMW C600 Sport s'affiche à 11 895€, soit 70€ de plus qu'un Yamaha T-Max 530 ABS. Malgré ce prix élevé, le maxi-scooter BMW se révèle tellement séduisant qu'on ferait tout pour trouver les 700 euros supplémentaires…

En résumé

Points forts

Points faibles

  • Comportement très sain
  • Confort excellent
  • Moteur vigoureux
  • Tableau de bord hyper complet
  • Réglage de la bulle un peu « cheap »
  • ABS un peu trop présent
  • Poignées chauffantes peu efficaces
  • Options coûteuses