Essai Yamaha Slider 2013Véritable légende urbaine pour les uns, bécane de voyous pour les autres... Quoi qu'on en pense, le Slider a gagné sa place dans le coeur des scootéristes français. Léger, maniable et clairement fun, le petit Yamaha a de sérieux atouts pour séduire les jeunes. Mais il a également de nombreux défauts... Nous avons mis tout cela sur la balance !

Essais scooter 6 réactions

Malgré plus de cinquante scooters essayés à notre actif, nous nous sommes aperçus que nous avions oublié une véritable petite star du 50. Peu rancunier d'avoir été snobé, le Yamaha Slider nous a autorisés à le rouler le temps d'un après-midi ensoleillé, qui se font toujours aussi rares.

C'est sous le soleil que nous avons pu essayer le Slider 2013 !
C'est sous le soleil que nous avons pu essayer le Slider 2013 !

Petit gabarit passe partout, aspect enjôleur et caractère bien trempé, le Slider est le seul scooter 50 à avoir acquis une notoriété proche de l'indétrônable Bw's. Entrevue avec un scooter 50 cm3 qui ne ressemble à aucun autre... sauf peut-être au MBK Stunt, son équivalent de marque française.

Un look atypique

Dans la famille des scooters 50 cm3 urbains, le Yamaha Slider est sans doute le plus atypique. À sa sortie en 2006, son look unique lui a valu de vives critiques... On s'y est finalement habitués ! Sa petite face avant haut perchée dominée par un imposant phare est devenue sa signature.

La déco « City » ressort d'avantage avec ce coloris Absolute White
La déco « City » ressort d'avantage avec ce coloris Absolute White

Plus bas, les flancs élargis sont pourvus de pads de protection à vocation pratique et esthétique et, c'est inédit, le train avant affiche un genre de passage de roue assorti à la carrosserie ! Pourvue d'un large plancher plat et d'une trappe moteur en plastique brut, la coque arrière se présente quant à elle sous la forme de capots en relief. On y retrouve les fameuses protections anti-chute.

Yamaha nous a pondu un logo Slider dans une calligraphie furieuse
Yamaha nous a pondu un logo Slider dans une calligraphie furieuse

Depuis quelques années, le Yamaha Slider 50 n'est plus disponible qu'en version Naked, et nous n'allons pas nous en plaindre. D'autant plus que contrairement à certains autres constructeurs, le japonais offre de série un véritable poste de pilotage street au look 100 % tuning. Potence robuste en aluminium noir mat, guidon street avec barre de renfort, qui en voudrait d'avantage ?

Commercialisé au tarif de 2099€, le Slider est aussi dispo en coloris Funky Blue
Commercialisé au tarif de 2099€, le Slider est aussi dispo en coloris Funky Blue

Équipé à la sauce Yamaha

En termes d'équipement, le petit Yam' est doté d'une partie cycle spécifique adaptée au stunt et autres acrobaties. En effet, le bourricot a été conçu de manière à être malmené, comme en témoignent ses suspensions hydrauliques à fort débattement. 70 mm à l'avant comme à l'arrière, voilà de quoi monter trottoirs et descendre marches d'escaliers sans aucun souci, à moins bien évidemment de croiser les forces de l'ordre...

Le Yamaha Slider est équipé d'une monte 12 pouces qui n'est autre que celle du Rocket
Le Yamaha Slider est équipé d'une monte 12 pouces qui n'est autre que celle du Rocket

Les jantes sont chaussées de pneus Michelin City Grip de dimensions 120/70x12 à l'avant et 130/70x12 à l'arrière, alors que le freinage est assuré par un combiné disque avant Ø 190 mm et tambour de frein arrière Ø 110 mm.

Les fans de beau matériel seront ravis de trouver un étrier Brembo série or à l'avant
Les fans de beau matériel seront ravis de trouver un étrier Brembo série or à l'avant

Une partie cycle de choc à laquelle s'ajoute une motorisation de légende : le fameux 2 temps Minarelli vertical refroidi par air qui accompagne le Bw's depuis ses début. Admission directe par clapets dans le cylindre, graissage séparé et possibilité de doper la mécanique à l'extrême avec des kits cylindres comme les très performants MXS Racing ou Polini Corsa, le Stunt est une base idéale pour la préparation moteur.

Une motorisation 2 temps qui a fait ses preuves chez Yamaha et MBK
Une motorisation 2 temps qui a fait ses preuves chez Yamaha et MBK

Pas toujours pratique...

Le scooter Yamaha est idéal pour traîner entre potes

Pratique à l'arrêt, le garde-boue avant permet au pilote fatigué de s'accouder... non plus sérieusement, le Slider s'en sort moyennement en termes de praticité. Pour commencer avec les points positifs, ce dernier offre par exemple un large plancher plat, lequel peut facilement recevoir un sac à dos qui sera maintenu par le crochet du tablier intérieur.

Associé au crochet, le plancher plat est un gros plus pour le confort !
Associé au crochet, le plancher plat est un gros plus pour le confort !

Le Yamaha Slider, c'est également une instrumentation digitale compacte qui affiche une jauge à essence, une option profitable que tous les constructeurs ne proposent pas forcément.

Sympa le Tamagotchi estampillé du logo Yamaha
Sympa le Tamagotchi estampillé du logo Yamaha

Toutefois, notre Slider n'est pas du genre premier de la classe car il cumule les mauvais points. Ca n'est pas comme ça que la maîtresse va lui distribuer des images ! Le scooter Yamaha ne propose par exemple pas de coffre à casque sous la selle, ni même un micro espace de rangement.

Tout juste de quoi glisser les papiers du scooter, limite...
Tout juste de quoi glisser les papiers du scooter, limite...

La selle ouverte par serrure déportée, on constate rapidement que le Slider n'autorise aucun bagage ou babiole. C'est dommage puisque même le Bw's fait mieux avec un petit espace pouvant recevoir une paire de lunettes ou une paire de gants.

Mais les deux frères partagent d'autres inconvénients génétiques. Comme le Bw's, le Slider dispose d'un starter manuel à ne pas oublier moteur froid, faute de coupures moteur intempestives. On aurait préféré un modèle automatique, largement répandu chez la concurrence !

Un fun-bike comme on n'en fait plus

Cette petite analyse terminée, place aux choses sérieuses et avec la prise en mains du guidon de celui qu'on dit « turbulent ». Première impression à la montée en selle, le Slider est open et facile d'accès. Hauteur de selle de 787 mm plutôt convenable, large plancher plat et tablier intérieur étroit permettant le passage des jambes, même pour les plus grandes. Tout ça est très bon.

Le Slider propose une sellerie large et épaisse
Le Slider propose une sellerie large et épaisse

La sellerie est accueillante, mais ne le serait t-elle pas trop finalement ? En effet, après quelques kilomètres parcourus, nous avons pu constater que trop molle, la sellerie finit par s'affaisser, de telle sorte que c'est son support rigide que l'on finit par sentir. Pour le passager, pas de mauvaise surprise, c'est dès le début que le confort sera rude avec un espace dédié plutôt ferme.

Guidon légèrement surélevé, le Slider offre un maximum de visibilité sur la route
Guidon légèrement surélevé, le Slider offre un maximum de visibilité sur la route

En termes de performances, le Slider se lance tel une flèche après un petit trou au démarrage. Bonnes accélérations, reprises sur demande, le moteur 2 temps refroidi par air forcé ne manque pas de répondant. La partie-cycle n'est pas non plus décevante, alors que l'on découvre un frein avant au mordant extraordinaire, et que le tambour arrière bloque aisément la roue.

L'efficacité du frein arrière à tambour nous a bluffés !
L'efficacité du frein arrière à tambour nous a bluffés !

Sur les revêtements les plus abîmés, le fort débattement de la fourche encaisse à peu près tous les chocs, alors que nous avons estimé la suspension arrière relativement ferme, un bout de bois ! Malgré cela, le Slider est un véritable scoot passe-partout. Bon angle de braquage, maniabilité épatante et tenue de route extrême, autant dire qu'il faut s'accrocher pour le pister.

Plus qu'un scoot, un art de vivre

Scooter 50 cm3 favori des jeunes, et pas seulement de ceux qui commettent des méfaits dans 90 Minutes Enquête sur la chaîne de télévision W9, le Yamaha Slider n'est pas qu'un simple mode de transport, c'est un signe de reconnaissance identitaire. Rouler en Slider, c'est être à la page, à la mode, avoir le « swag » comme disent certains.

2099 € devront être réunis pour avoir l'honneur de rouler en Slider
2099 € devront être réunis pour avoir l'honneur de rouler en Slider

En plus d'avoir une véritable gueule, le Slider bénéficie de la qualité de fabrication et d'assemblage Yamaha. Partie-cycle au top, comportement irréprochable et longévité garantie, c'est un investissement d'un peu plus de 2000 euros qu'on peut difficilement regretter.

Et cela ne vaut t-il pas mieux que d'économiser quelques centaines d'euros pour un scooter qui ne nous plaît finalement pas ? Le Yamaha Slider s'adresse à ceux pour qui le scooter n'est pas qu'un moyen de se déplacer, mais aussi et surtout d'exister !

En résumé

Points forts

Points faibles

  • Accélérations vives
  • Freinage puissant
  • Look inimitable
  • Position de conduite
  • Aucun rangement
  • Ouverture de selle déportée
  • Selle un peu dure