Essai Peugeot Speedfight IVNous avons testé pour vous la mouture 2015 du Peugeot Speedfight, naturellement estampillée « IV ». Si la partie-cycle reste identique à la 3ème génération, le scooter 50cm3 sportif profite d'une esthétique modernisée, d'un moteur un brin plus puissant et de quelques surprises. Nous l'avons essayé pour vous en région parisienne et vous livrons notre verdict !

Essais scooter 5 réactions

Peugeot ScootersDisponible dans les concessions Peugeot depuis l'été 2015, le Peugeot Speedfight IV compte parmi les dernières nouveautés qui ont secoué la planète 50 cm3. Look en partie revisité, partie-cycle conservée et motorisations 2T améliorées pour plus de performances, notre équipe a souhaité en savoir plus au sujet de cette quatrième mouture fabriquée conjointement avec le chinois Qingqi. Voici l'essai complet du Peugeot Speedfight IV Darkside dans sa version 2 temps refroidie par air... Il va y avoir du sport !

La légende perdure

1997, c'est l'année de naissance du Peugeot Speedfight. Une période fertile pour l'univers du 50 cm3, qui n'avait de cesse de voir croitre sa population deux roues. Il faut dire que l'Aprilia SR sorti en 1992 et le Piaggio NRG de 1994 bénéficiaient à cette époque d'une forte cote de popularité, ce qui motiva Peugeot à sortir ses griffes sous la forme du Speedfight. La réponse de MBK et Yamaha ne se fera d'ailleurs pas attendre, avec la sortie des Nitro et Aerox seulement quelques mois plus tard.

19 ans plus tard, le Speedfight est toujours présent avec cette quatrième édition
19 ans plus tard, le Speedfight est toujours présent avec cette quatrième édition

Look revisité, identité conservée

Une quatrième version qui, contrairement aux trois précédentes, ne révèle pas un changement radical. Pour reprendre le dialecte du monde de l'automobile, on serait tenté d'évoquer un Speedfight III facelift, mais il s'agit bien du numéro 4, la descendance. Un SF IV qui se reconnait immédiatement de front malgré un nouveau faciès totalement inédit. C'est notamment la première fois que le Peugeot Speedfight adopte une paire de feux lenticulaires.

Exit les feux en amandes, le SF IV la joue moderne avec son nouveau regard
Exit les feux en amandes, le SF IV la joue moderne avec son nouveau regard

Dans ce même esprit de « sagesse », le Speedfight IV adopte de nouvelles grilles latérales pour ornementer sa prise d'air frontale de radiateur, tandis que le capot supérieur demeure badgé d'un lion à la finition chromée. On remarque également des prises d'air de flancs et de coque arrière remaniées, alors que le bas de caisse et les clignotants latéraux demeurent semblables.

Aiguisés, les clignotants avant profitent d'ampoules à leds
Aiguisés, les clignotants avant profitent d'ampoules à leds
Le couvre-guidon avec mini saute-vent noir piano compte parmi les évolutions
Le couvre-guidon avec mini saute-vent noir piano compte parmi les évolutions
Le dosseret de selle optionnel s'adresse aux pilotes qui voyagent en solo
Le dosseret de selle optionnel s'adresse aux pilotes qui voyagent en solo

En ce qui concerne les coloris, Peugeot nous régale en proposant les 3 teintes bleu France, vert Pomme et rouge Flat 6. Mais également 3 séries spéciales que son tles Darkside (noir brillant / bleu), Pure (blanc brillant / bronze) et Iceblade (blanc brillant / rouge fluo).

À la fois sport, chic et modérée, cette finition Darkside cible un large public
À la fois sport, chic et modérée, cette finition Darkside cible un large public

Une partie-cycle inchangée, et c'est tant mieux !

Comme précisé en préambule, Peugeot a jugé bon de faire hériter le Speedfight 4 de la partie-cycle de son prédécesseur. C'est ainsi qu'on retrouve la plupart des éléments anciennement présents, à savoir la paire de jantes 13 pouces aux cinq bâtons dédoublés, la fourche inversée de Ø 32 mm, ainsi que le frein avant par disque en pétale de Ø 215 mm avec étrier radial à 4 pistons. Pour bénéficier du frein arrière par disque, il faudra se tourner vers la déclinaison à refroidissement liquide.

Cet amortisseur à bonbonne de gaz séparée est exclusif aux séries spéciales Darkside, Pure et Iceblade
Cet amortisseur à bonbonne de gaz séparée est exclusif aux séries spéciales Darkside, Pure et Iceblade
Toujours aussi valorisant, le train avant de ce SFIV est copieusement équipé
Toujours aussi valorisant, le train avant de ce SFIV est copieusement équipé
Les pneumatiques du Peugeot Speedfight 4 sont des 130/60/13 de chez Kenda
Les pneumatiques du Peugeot Speedfight 4 sont des 130/60/13 de chez Kenda

Mécaniquement parlant, le Peugeot Speedfight IV continue de privilégier le bon vieux deux temps, avec deux motorisations au choix qui diffèrent par leur mode de refroidissement : air forcé ou liquide. Chacune d'entre elles est alimentée par un nouveau carburateur Dell'Orto, ce qui a permis d'accroitre légèrement les performances.

Le Speedfight IV 2T a gagné en performances : + 0,5 ch et + 0,4 Nm de couple
Le Speedfight IV 2T a gagné en performances : + 0,5 ch et + 0,4 Nm de couple

Une motorisation 4T refroidie par air est également à prévoir au catalogue, celle-ci devrait être disponible courant 2016. Les écolos s'en trouveront ravis !

Placé sous le plancher, le réservoir de 8L offre une autonomie d'environ 200 km
Placé sous le plancher, le réservoir de 8L offre une autonomie d'environ 200 km

Un deux roues dans l'air du temps

Omniprésence de la technologie oblige, ce nouveau scooter Peugeot Speedfight IV apparaît connecté par le biais d'équipements bien pratiques. En effet, une prise 12 Volts se loge dans le coffre, et encore mieux, on trouve désormais une prise USB au niveau du couvre-guidon !

Abritée dans une trappe étanche, cette prise USB permet de recharger un smartphone
Abritée dans une trappe étanche, cette prise USB permet de recharger un smartphone

Précisons que l'emplacement de cette prise USB n'est pas aléatoire, puisqu'un support universel pour smartphone Ram X-Grip est disponible au catalogue d'accessoires Peugeot. L'outil indispensable pour rouler connecté, et pourquoi pas en utilisant son smartphone en mode GPS.

En matière d'assistance à la conduite, le jeune pilote appréciera également la présence d'un petit compteur digital renseignant de précieuses informations : vitesse, totaliseur, trip partiel, jauge à essence par graduations, témoin d'huile ou bien encore alerte entretien.

Exit les fonds de compteur proéminents typés racing, le nouveau Peugeot Speedfight IV va à l'essentiel
Exit les fonds de compteur proéminents typés racing, le nouveau Peugeot Speedfight IV va à l'essentiel

Nous évoquions tout à l'heure la prise 12 Volts qu'il contient, le coffre de selle peut également recevoir un casque jet, et son ouverture s'opère par le biais du contacteur.

Le coffre de selle donne également accès au réservoir d'huile et à la batterie
Le coffre de selle donne également accès au réservoir d'huile et à la batterie
La trappe à essence typée aviation se situe au sommet du tunnel central
La trappe à essence typée aviation se situe au sommet du tunnel central

Performant et sécurisant sur les routes

Le scooter n'étant pour le moment disponible qu'en motorisations 2 temps air-cooled et liquid-cooled, nous avons pris le guidon d'un Speedfight IV pas forcément écolo, mais que voulez-vous, c'est ce que veulent les jeunes ! Mis en route électriquement (kick de secours présent), le Speedfight 4 laisse entendre dès le ralenti une sonorité métallique qui n'est pas sans déplaire.

Avec une hauteur de selle de 800 mm et un tablier intérieur un brun trop proche, le Speedfight IV s'adresse aux gabarits « moyens »
Avec une hauteur de selle de 800 mm et un tablier intérieur un brun trop proche, le Speedfight IV s'adresse aux gabarits « moyens »

À l'instar du MBK Nitro et ses 815 mm de hauteur de selle, le Peugeot Speedfight IV ne permet pas aux pilotes de moins d'1,70 m de toucher le sol des deux pieds à l'arrêt. A contrario, les plus grands (1,90 m et plus) auront la possibilité de conduire sans les mains… puisqu'avec les genoux ! Surtout dans les virages.

Ceci précisé, nous avons pris le guidon en toute aisance, étant dans « la norme » avec les 1,75 m de notre pilote surexcité. Premiers coups de gaz et les impressions sont plutôt bonnes. Malgré un petit trou au démarrage, le Speedfight IV prend rapidement ses tours, avec une accélération constante et sans faille, ainsi que de bonnes reprises.

La vitesse maximum légale pour un scooter 50 cm3 est parfois même dépassée de quelques kilomètres / heure, enfin ça c'est sur le compteur… La consommation demeure quant à elle correcte pour la cylindrée, avec une moyenne de 3,8 L / 100 km.

Avec son châssis ferme mais précis, le Speedfight IV offre une excellente stabilité
Avec son châssis ferme mais précis, le Speedfight IV offre une excellente stabilité

En matière de confort, le Speedfight IV n'est clairement pas des plus chaleureux, avec une assise qui manque de moelleux et des suspensions assez dures, mais parfaitement opérantes. La fourche inversée remplit elle aussi son rôle, offrant une bonne absorption et demeurant assez silencieuse même sur les revêtements les plus abîmés.

Un châssis ferme qui offre cependant une tenue de route scotchante avec des roues de 13 pouces qui ne lâchent pas le pavé. On félicitera au passage la bonne répartition des masses, notamment grâce au centre de gravité abaissé avec le réservoir placé dans le tunnel central.

Enfin, le freinage ne laisse pas non plus en reste grâce à un frein avant radial surpuissant et absolument dosable, tandis que le frein arrière à tambour a plus de mal à s'éveiller. Les adeptes du mordant toutes roues confondues auront donc tendance à se tourner vers la version liquid-cooled, qui dispose d'un second disque de frein à l'arrière.

Le lifting en vaut-il la chandelle ?

Remis au goût du jour à travers son équipement « connecté », le Speedfight IV n'est en réalité qu'une légère évolution du Speedfight III. Néanmoins, son nouveau faciès marque tout de même un changement radical en termes d'esthétique, et l'on peut dire de cette nouvelle ligne qu'elle est réussie !

Le Speedfight IV est disponible pour 2099€ en version AC et 2299€ dans la version LC et les séries spéciales
Le Speedfight IV est disponible pour 2099€ en version AC et 2299€ dans la version LC et les séries spéciales

Performant au niveau de la mécanique avec un régime moteur nerveux et sain, opérant en termes de partie-cycle avec un freinage puissant, des suspensions efficaces et une tenue de route inébranlable, le Speedfight IV assure à tous les niveaux, y compris esthétiquement bien sûr.

Un scooter 50 cm3 sportif que l'on recommande fortement aux amateurs, d'autant plus qu'il se positionne très correctement face à ses deux principaux rivaux. Pour rappel, les MBK Nitro et Piaggio NRG Power DD sont tous deux proposés au tarif de 2499€, contre 2299€ pour leur équivalent Peugeot liquide et 2099€ pour la version AC. Une fois de plus, le français la joue féroce en termes de tarif pour un scooter 50 cm3 !

En résumé

Points forts

Points faibles

  • Connecté (prises 12V et USB)
  • Tenue de route
  • Freinage puissant
  • Accélérations
  • Pas de béquille latérale
  • Grands gabarits (+ d'1,90m)