Un cyclo débridé c'est un ado en dangerLa Sécurité Routière vient de lancer une campagne de sensibilisation aux risques du débridage chez les jeunes. « Un cyclo débridé c'est un ado en danger » s'adresse aux jeunes scootéristes et à leurs parents. Malgré ses intentions louables, l'opération joue la carte de la répression au lieu de former et d'informer.

Législation 52 réactions

Sécurité RoutièreLa Sécurité Routière a lancé ce matin une nouvelle campagne de sensibilisation aux risques du débridage. « Un cyclo débridé c'est un ado en danger » s'adresse aux jeunes scootéristes et à leurs parents, à une période où les cyclomotoristes sillonnent davantage les routes (période estivale puis rentrée scolaire). L'objectif est de réduire le nombre d'accidents impliquant des cyclos.

Michèle Merli, la déléguée interministérielle à la Sécurité Routière, commence par rappeler les chiffres clés liés au segment : 37 accidents graves impliquant des cyclomotoristes chaque jour, 22 fois plus de risques de se tuer en cyclomoteur qu'en auto, 50% de mortalité due aux cyclomoteurs chez les 15-24 ans, 135 euros d'amende en cas circulation avec un scooter débridé sur route, etc.

La stratégie est donc toujours la même, à savoir effrayer les jeunes et leurs parents. L'impact d'une telle campagne est indiscutable, mais nous doutons toutefois de ses répercussions concrètes. Si le scooter est pour beaucoup un moyen de transport permettant de gagner en autonomie, il reste pour une minorité de jeunes immatures un jouet. Or, un tel message ne touchera pas ces derniers.

Si près de 75% des scootéristes débrident leur véhicule, c'est avant tout pour gagner en autonomie, en confort de conduite et économiser du carburant. Le problème vient du comportement de certains jeunes pas assez matures, irresponsables ou mal formés à la conduite. C'est à eux que la Sécurité Routière devrait adresser un message, car ce sont les premiers concernés.

Un cyclomoteur débridé c'est un adolescent en danger

Dans le cadre de cette campagne, la Sécurité Routière indique « qu'il en va aussi de la responsabilité des parents de s'assurer que leur enfant-adolescent a bien intégré les règles de conduite et intériorisé les bons réflexes de partage de l'espace de circulation ». De quoi se demander à quoi peut bien servir le BSR ! Incapable de former, l'État se rabat sur la sanction.

Espérons qu'avec l'arrivée prochaine du permis AM, les jeunes auront droit à une véritable formation à la conduite, qui ne laisse pas de côté des questions techniques comme l'anticipation des distances de freinage ou l'analyse de l'environnement à plus haute vitesse. Car en lisant entre les lignes des communiqués officiels, cette campagne sonne comme un constat d'échec !

Pour tenter de freiner la pratique du débridage, la Sécurité Routière rappelle que des peines peuvent venir compléter l'amende en cas de contrôle positif : immobilisation du véhicule, mise en fourrière voire confiscation. Elle rappelle également qu'en cas d'accident, l'assurance peut refuser de prendre en charge les dommages corporels et matériels… ce qui peut vous coûter très cher.

L'arrivée du contrôle technique pour les scooters en 2012 devrait régler définitivement la question. L'opération, obligatoire dès la 2ème année de mise en circulation et à la revente, visera avant tout à vérifier le bridage du moteur. De quoi faire disparaître définitivement cette pratique… et faire chuter les accidents de cyclos et scooters 50cc ? C'est loin d'être certain ! Et vous, qu'en pensez-vous ?

Site officiel : securite-routiere.gouv.fr.