Le contrôle technique pour les scooters 50cm3Après nos focus sur l'immatriculation et le permis de conduire, nous faisons un point sur le 3ème outil destiné à réduire les accidents de cyclos en France : le contrôle technique. Mal pensé voire abusif, le projet de loi nous amène à une question : le gouvernement aurait-il décidé de tuer les scooters 50cm3 ?

Législation 113 réactions

République françaiseLe 18 février 2010 s'est tenu à Paris le Comité Interministériel de la Sécurité Routière (CISR). Présidée par le 1er ministre François Fillon, la réunion a débouché sur 14 mesures concrètes, 3 d'entre elles ciblant directement les 50cm3. C'est dans ce cadre qu'a été décidée la mise en place d'un contrôle technique pour les cyclomoteurs, en même temps que la formation au 125.

Qu'en est-il du contrôle technique pour les scooters 50cc 1 an après cette importante réunion au sommet ? Si la formation obligatoire de 7 heures est d'ores et déjà entrée en vigueur, force est de constater que le contrôle technique prend plus de temps que prévu. Initialement planifié pour 2011, il devrait connaître un petit sursis, avant une mise en place probable courant 2012 ou 2013.

Car s'il est une certitude, c'est bien que ce dernier est sur le point d'arriver ! Plébiscité par les associations affiliées à la Sécurité Routière et par le Secrétaire d'État aux Transports (Dominique Bussereau en 2010), il apparaît pour beaucoup comme la solution ultime pour faire disparaître la pratique du débridage, mise en cause dans 50% des accidents de cyclomoteurs selon la FFSA (le principal regroupement d'assureurs français).

Le contrôle technique pour les cyclomoteurs et scooters 50cc : scooter sur rouleau

Dans la pratique, le contrôle technique pour les scooters 50cm3 sera obligatoire tous les 2 ans, et devrait coûter entre 50 et 60€. Il visera avant tout à vérifier que les machines sont correctement bridées et dans l'incapacité de dépasser les 45 km/h réglementaires. Les contrôles du moteur seront effectués par des professionnels agréés du réseau de 5400 centres de contrôles techniques de France.

Autant dire que ce seront 50 à 60€ de perdus à chaque fois, le contrôle technique ne se substituant pas aux révisions et aux contrôles d'entretien classiques. Pour qu'il prenne du sens et de l'intérêt pour les usagers, il aurait fallu se reposer sur le réseau de concessionnaires scooter. Ce dernier est en effet, quoi qu'en pense le gouvernement, le plus apte à intervenir sur la mécanique des cyclomoteurs... simple question de logique !

Pour couronner le tout, il a été décidé que la non présentation d'un cyclomoteur au contrôle technique constituerait une contravention de 4ème classe, passible d'une amende de 135 euros. Autant dire que pour les scootéristes en règle comme pour les autres, la pilule du contrôle technique risque d'être dure à avaler… Et vous, que pensez-vous faire quand cette nouvelle règlementation sera en place ?